dimanche 7 juin 2009

Elle l'a fait !

Oui, elle l'a fait ! Elle, Svetlana Kuznetsova, championne des finales ratées, elle a su tenir ses nerfs et proposer un jeu plus solide que la numéro 1 mondiale, Dinara Safina, pour enfin goûter au plaisir de planer sur son tournoi favori.

J'étais sur le Chatrier. J'ai vu un début de match équilibré puis j'ai vu une Kuzzi expérimentée et une Safina une nouvelle fois dépassée par l'évènement. J'ai aussi vu des fautes directes, je n'ai pas vu de niveau de jeu stratosphérique. J'ai vu une Safina frustrée et une Kuzzi agressive, qui jouait juste. J'ai vu un public bouillant, des holas qui vous donnent des frissons. J'ai vu le désespoir de Dinara et la joie contenue mais sincère de Svetlana. J'ai vu cette dernière signer des autographes et accorder des interviews et des photos à tous ceux qui les lui réclamaient pendant près d'une demi-heure, symbole de la qualité humaine de cette joueuse.

J'ai entendu la voix tremblottante et désemparée de Dinara. J'ai entendu le fair play de Svetlana, l'ovation du Court Central. J'ai entendu l'humour de la gagnante, fan de Steffi Graf qui n'en revenait pas d'enfin la rencontrer alors qu'elle venait de réaliser son rêve. Et j'ai entendu l'hymne russe, cet hymne sublime qui m'émeut chaque fois. J'ai eu envie de pleurer parce que c'était beau de voir tant d'années de lutte et notamment une année 2008 vierge de succès pour Kuznetsova balayées par ce sacre sublime.

Alors quand je me dis que j'y croyais à cette victoire, que je l'ai vue s'entrainer chaque fois que j'en ai eu l'occasion ces 15 derniers jours, que je l'ai approchée de près, qu'elle m'a signé un autographe et que lorsque j'ai voulu lui dire "Svetlana, je t'adore. Je compte sur toi pour soulever la coupe", je me suis sentie petite fille tellement intimidée qu'aucun son n'est sorti de ma bouche, et bien, je me dis "Mince ! Cette année 2009, j'étais sur le court, j'ai vu cette joueuse d'exception réaliser son rêve et personne ne pourra me l'enlever même si ce n'était pas un grand match. C'était une belle quinzaine".

Une petite pensée pour Dinara qui doit avoir du mal à trouver le sommeil ce soir. Je lui souhaite de se relever de cette cruelle déconvenue et de continuer de dominer le circuit pour enfin concrétiser ses ambitions. Elle le mérite et elle le fera !

Enfin, une dernière pensée pour qui vous savez...On pense à lui, on lui envoie plein d'ondes positives et on espère, on espère, on espère!

Crédit photo :
www.jamd.com

1 commentaire:

Iris-Jane a dit…

Un petit coucou matinal siobtuah et comme tu le dis, des pensées matinales pour qui on sait.

J'ai remarqué personnellement une chose. Chaque fois que je craignais un match pour Rodger cela s'est plutôt bien passé, les matchs en question étant (Matthieu, Monfils), chaque fois que je me disais tel match pas de problème (Acasuso, Haas, Del Potro) on a vu ce que cela a donné. Je le dis car entre Gonzalez et Soderling je ne voulais absolument pas de Soderling que curieusement je craignais plus pour Rodger, idem quand Monfils est passé face à Roddick. Comme je crains énormément Soderling....