lundi 17 novembre 2008

ATP: La rétrospective 2008 (2/4)

Avril, Le réveil des héros
La saison sur terre a bel et bien débuté.
L'armada espagnole investit les tournois: David Ferrer remporte le tournoi de Valence face à Nicolas Almagro (tiens, il est sur terre :)).
Marcel Granollers-Pujol bat James Blake à Houston.
Rafael Nadal ouvre son compteur suite à l'ouverture des hostilités entre lui et Federer.Au Masters de Monte-Carlo, il le bat, encore. Il enchaîne avec un face à face épique contre son compatriote Ferrer à Barcelone.
Roger Federer avait glané son premier titre de la saison une semaine auparavant à Estoril face à un Davydenko qui abandonne en finale.
Enfin, à Munich, Fernando Gonzalez bataille ferme et remporte le titre aux dépens de Simone Bolelli.

Mai, Djokovic creuse son trou, Nadal creuse la tombe de Federer
Novak Djokovic commence à prendre de bonnes habitudes. Après les éliminations prématurées de Nadal et Federer, en finale de Rome, on retrouve le Serbe face à Wawrinka qu'il bat en trois sets.
La semaine suivante, le classico d'Hambourg signe la deuxième défaite de Federer contre Rafael Nadal.
A Poertschash, Nikolay Davydenko remporte son troisième titre en terre autrichienne contre Juan Monaco.
Pendant ce temps-là, Gilles Simon remporte son premier titre de la saison à Casablanca en défaisant Julien Benneteau.

Juin, Comme d'habitude ou presque...
Depuis 2005, le premier dimanche du mois de juin couronne Rafael Nadal. 2008 ne fera pas exception. L'adversaire? Toujours le même, Roger Federer qui prendra même un 6-0 dans le dernier set. Rappelez-vous cette phrase touchante et pourtant étrange de Roger lors de la remise des trophées "Oui, c'est encore moi..."
Une semaine plus tard, à Varsovie, le stakhanoviste des courts, Nikolay Davydenko continue d'engranger des titres. Cette fois-ci c'est face à Tommy Robredo.
La saison sur herbe commence et les tournois de préparation avec.Rafael Nadal réalise la performance d'enchainer Roland Garros et le Queen's en battant Novak Djokovic en finale.
En parallèle, Roger Federer se balade dans son jardin de Halle et balade du même coup Philipp Kohlschreiber.
A S'Hertogenbosch, David Ferrer gagne contre toute attente. Il défait Marc Gicquel.
Enfin, à Nottingham, Ivo Karlovic dégoûte Fernando Verdasco à coup d'aces lors de trois manches dont deux vont jusqu'au tie-break. Etonnant?

Crédit photos:
www.jamd.com

5 commentaires:

Mme Tursunov a dit…

Bon, j'ai vu un bout de la finale de Monte Carlo (vous savez, c'est la fois où mon cousin m'a demandé si je regardais le tennis pour le physique des joueurs et où mon oncle a dit "y en a marre,tous les ans c'est Nadal et Federer"). Juste un bout parce qu'il a fallu que je rentre chez moi et beh...j'ai pas envie de parler de ce match lol

J'ai vu la totalité d'Estoril. Je me rappelle que c'était la première fois que je me disais que Roger n'allait pas bien. Il était d'une lenteur hallucinante...et sans l'abandon de Davydenko en finale, j'ignore s'il l'aurait emporté.

Rien vu du tournoi de Rome ni de Hambourg et même pas un bout de Casablanca. Je me demande ce que je pouvais bien faire en mai pour rater tous ces matches :(

En juin, je suis revenue au tennis et bon RG bla bla bla...J'ai bien aimé l'envie de Chardy, Benneteau et Gicquel. Très fun les prises de têtes avec Berdych, Spadea, Soderling, Almagro. Ca met de l'ambiance! Monfils m'a énervée et j'étais bien contente que le public soit partagé entre lui et Roger. Roger et son 6-0 en finale...Passons!

J'ai pu voir le Queen's mais fallait s'accrocher à la télécommande pour ne pas rater les matches vu qu'Eurosport a plané sérieux sur la programmation. Très sympa la finale entre Djoko et Rafa. Bon niveau de jeu même si c'était frustrant pour Djoko.

Halle, j'ai vu la finale. C'est fou comme l'herbe est sale là-bas!
J'ai suivi S'Hertogenbosch aussi et je me rappelle pas grand chose à vrai dire...Faut dire que c'est Ferrer qui a gagné, alors...
Ah, si! Je me rappelle Steve Darcis qui nous a fait de très beaux coups mais j'ai oublié son adversaire :(

Iris-Jane a dit…

Dans cette phase là, on voit les trois tenors se créper le chignon, puisque à part Rome gagné par Djokovic du fait que Nadal a du abandonner et que Federer a perdu contre Stepanek, les autres finales furent entre Federer et Nadal. A ce moment de la saison il n'était pas question de parler de la première place de federer, c'était encore à l'état de chimère pour Nadal mais il devait sauver sa deuxième place face à Djokovic, ce qu'il a fait avec talent à Hambourg en demi puis à Roland Garros histoire d'enfoncer le clou. Et ce qu'on peut noter cette année ce qui a commencé sur terre battue c'est un mental de Nadal encore plus impressionnant que les années précédentes. A Monte-Carlo, Federer aurait pu battre Nadal puisque sur les deux sets perdus, il avait pris l'avantage. Mental sans doute plus friable suite aux diverses maladies et un entrainement plus allégé sans doute. Malgré tout, avec tous ces problèmes de santé, faire presque aussi bien que l'année dernière avec finale de Monte Carlo et finale de Hambourg (bon l'année dernière il était finaliste à Monte Carlo, Rome et vainqueur à Hambourg). A Roland Garros, autant j'ai été plus qu'impressionnée par la quinzaine d'un Nadal invincible, autant Federer n'était pas du tout convainquant notamment sur certains matchs qu'il aurait pu finir beaucoup plus vite (celui de Benneteau qui était d'un chiant). Ensuite la fameuse finale digne d'un premier tour où Federer a accumulé les fautes, et les erreurs de tactiques face à Nadal qui s'est à juste titre régalé.
Ensuite la saison sur gazon où un Fedexpress retrouvé gagnait facilement le tournoi de Bâle. Mais pour moi le plus intéressant était du côté du Queens et de Nadal en particulier qui encore plus que l'année dernière a marqué les esprits. Déjà les observateurs voyaient Nadal après sa victoire à Roland Garros gagner Wimbledon dans la foulée. Le Queens était un tournoi très intéressant pour le tester d'autant que le gazon est plus rapide que celui de Wimbledon. Il a quand même battu des spécialistes comme Karlovic, l'homme aux aces, un Nipon qui lui a donné du fil à tordre, je me rappelle plus du nom, Roddick en demi le tenant du titre, et en finale celui qui le talonne au classement Nole au terme d'un match très intéressant. Sa semaine fut exceptionnelle et surtout pour les spécialistes il a franchi un cap important en remportant son premier titre sur gazon, dans le deuxième tournoi le plus prestigieux après Wimbledon. La légende Nadal qui avait commencé en 2005 est sur une grande autoroute depuis mai. J'arrête l'histoire avant Wimbledon puisque j'imagine que c'est dans la suite de la rétrospective.

Mme Tursunov a dit…

Bah ouai, faut faire dans le tragique et le suspense :)
Suite des aventures des uns et des mésaventures des autres demain à 9h pour vous hé hé

PS: Iris-Jane, ça me fait du mal de lire des commentaires...C'est tellement bien analysé que j'ai l'impression de revivre cette période horrible pour moi sauf que c'est pire: je vois le gros camion foncer sur moi...:(

Iris-Jane a dit…

Ma chère Siobtuah, ne me dis pas avec le recul que tu as encore du mal avec la victoire de Rafa à Wimbledon? Sachant pertinamment que le meilleur a été à venir pour Rodger après cette période de purgatoire lors des masters américains à savoir l'or du double avec Stan et surtout une jolie coupe argentée made in usa qu'il a pu embrasser et serrer dans les bras. Pour moi cette victoire américaine a contrebalancé sa défaite glorieuse face à Nadal à Wimbledon. J'imagine que tu aurais aimé être à la place de la coupe isn't it ?

Mme Tursunov a dit…

Là encore, j'ai honte mdr
Toujours pas digéré et je crois qu'il faudra une bonne dizaine d'années pour que je la digère.
Si Roger battait le record de Pete, ma digestion serait plus facile ceci dit :)